Open Innovation

with Pas de commentaire

Innovation, innovation… l’objet de 80 pages dans le dernier enjeux les Echos, sujet des oraux de sortie de l’EM Grenoble 2014, et indéniablement un enjeu pour nos entreprises. La question est: comment concilier innovation et bien être au travail ? L’innovation peut elle contribuer à notre épanouissement professionnel ? Lorsque que nous creusons ces deux problématiques, les liens convergent très souvent vers le concept d’open innovation.

1. L’open innovation, en quoi cela consiste ?

Le concept d’Open Innovation est né des travaux d’Henry Chesbrough réalisés en 2003 et dont il donne la définition suivante:

L’open innovation est un paradigme qui part du principe que les entreprises peuvent et doivent utiliser aussi bien des idées externes que des idées internes et des chemins vers les marchés internes et externes dans l’objectif de progresser technologiquement. L’innovation ouverte rassemble les idées internes et externes présentes au sein d’architectures ou systèmes dont les besoins sont définis par des business models.

open innovation

Or pour bénéficier de la quintessence créative des personnes qui constituent notre entreprise, la notion de bien-être semble indispensable. Quelle composante du bien être cela implique t’il ?

1. confiance: toute idée est bonne à écouter, qui mieux que les salariés sont en capacité de simplifier leur environnement de travail étant confrontés au quotidien à des dysfonctionnements, lenteurs, gaspillage ?

2. autonomie: la créativité implique le libre arbitre, la liberté d’exprimer une idée. Dans le mesure où il n’y a pas de programmation d’idées, nous devons être en capacité d’utiliser notre temps à la création, au développement d’idée à l’instant où celle ci émerge.

3. sens: en quoi la participation des salariés est elle indispensable à la création de valeur dans l’entreprise ? Il est important d’accompagner et de valoriser les démarches innovantes, d’expliquer en quoi elles impactent l’environnement de l’entreprise et en quoi les salariés sont des acteurs indispensables.

4. reconnaissance: combien d’entreprise mettent en place des « boîtes à idées » dont les idées sont traitées faute de process clair, quelques années plus tard ? Ce qui génère de la part des salariés frustration et désengagement. Une idée doit être analysée immédiatement, en tout cas à minima donner un feedback sur la prise en compte du dépôt de l’idée  et du délai de traitement (qui doit rester raisonnable si l’on veut une dynamique en terme de créativité).

Votre regard sur le développement de l’innovation par les salariés m’intéresse, avez-vous des exemples à nous proposer ?

open innovation

Enregistrer

Répondre