Êtes vous atteint du syndrome de l’imposteur ?

with Pas de commentaire

Vous avez réussi un bel exploit ? Décrochez le job de vos rêves ? Brillez devant votre auditoire ? Mais voilà pour vous rien de tout cela n’est extraordinaire car vous doutez de vous et ne profitez jamais de ces petits ou grands succès. Si ce sentiment est récurrent, vous faites peut être parti des personnes atteintes du syndrome de l’imposteur.

Le terme « syndrome de l’imposteur » a été inventé par deux psychologues, Pauline Clance et Suzanne Imes, qui ont publié un article intitulé « The Imposter Phenomenon in High Achieving Women: Dynamics and Therapeutic Intervention » en 1978 dans le journal « Psychotherapy ».

Voici comment elles ont posé le sujet:

le terme de phénomène de l’imposteur » est utilisé pour désigner une expérience personnelle d’inauthenticité intellectuelle qui est particulièrement présente et intense au sein d’un échantillon de femmes à la carrière brillante

Malgré des résultats scolaires brillants et un accomplissement professionnel remarquable, les femmes qui vivent ce phénomène de l’imposteur persiste à croire qu’elles ne sont pas vraiment brillantes et qu’elles ont trompé toutes les personnes ayant pu croire le contraire.

De nombreux exploits qui sont censés apporter la preuve objective d’un fonctionnement intellectuel supérieur n’a pas d’effet sur cette croyance d’imposture.

Si à l’origine de cette recherche, l’échantillonnage était féminin, il n’y a aucune corrélation entre le genre et le syndrome de l’imposteur, femmes et hommes peuvent y être confrontés.

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur partent du principe que leurs succès sont liés à la chance, au fait d’être appréciées et sont pétries d’angoisse à l’idée d’être démasquées.

Au delà du fait de ne pas se sentir à sa place, le syndrome de l’imposteur peut se traduire par d’autres signes: le manque de confiance, l’auto critique récurrente, l’impossibilité de positiver les accomplissements réalisés, la peur d’être licencié du fait d’un travail considéré comme pas à la hauteur et vivent dans l’angoisse que leur travail est insuffisant. Elles pensent suite à un succès que l’on met trop d’attentes sur elles et qu’elles seront dans l’incapacité de reproduire un tel succès. Elles ont parfois tellement peur d’être mise au rebut qu’elles sabotent leur propre travail en sous performant et se font au final effectivement licenciées.

Ces quelques lignes vous font penser que vous êtes confronté à ce syndrome ? Voici les 9 signes qui vous confirmeront cela

 

1. Vous avez peur d’être démasqué ?


syndrome de l'imposteur

Même lorsque votre boss vous encense, vous êtes persuadé que vous allez être viré pour sous performance. Vous pensez ne pas être la bonne personne pour ce travail et vous êtes seulement là le temps que votre boss trouve quelqu’un d’autre.Vous vivez constamment dans un état de fraude, pensant que que tout le monde va découvrir un jour ou l’autre le pot aux roses.

2. Vous vous mettez la pression constamment


syndrome de l'imposteur

Chaque tâche est importante pour vous. Vous souhaitez être parfait dans tous les domaines de votre vie mais la perfection n’est elle pas inhumaine ?

3. Vous vous sabotez


le syndrome de l'imposteur

Le pouvoir de l’affirmation peut être également négatif lorsque s’agit de se saboter inconsciemment. A force de se dire que nous ne sommes pas fait pour le job et bien nous nous comportons en tant que tel avant pensons, nous, d’être démasqué.

4. Vous pensez ne jamais être à la hauteur


syndrome de l'imposteur

Vous pensez que vous ne rentrerez jamais dans le moule culturel de votre entreprise ? Vous pensez ne pas être à la hauteur et vous êtes également persuadé que les autres pensent la même chose que vous. Vous devenez un peu parano interprétant ce que peuvent penser vos collègues et lorsque quelque chose se passe mal vous vous auto flagellez bien plus qu’il ne le faudrait.

5. vous manquez de confiance en vous


le syndrome de l'imposteur

Même si tout le monde est persuadé que vous êtes compétent et que vous faites du bon boulot, vous n’y croyez pas. Vous avez tendance à perdre espoir quant au fait que vos idées soit retenues ou qu’elles soient encore valables. Vous manquez de confiance en ce que vous faites et ne vous pensez toujours que cela n’est jamais assez bien.

6. vous pensez que n’importe qui pourrait faire votre job


Le syndrome de l'imposteur

Allez soyons sérieux ! alors qu’une poignée de personne pourrait faire votre job, vous êtes la seule personne à pouvoir apporter vos idées, votre valeur ajoutée, votre créativité, votre personnalité et vos compétences. Lorsque nous arrivons au niveau de maîtrise de notre poste nous avons tendance à penser que tout un chacun pourrait réaliser nos tâches, ce qui nous amène à nous rabaisser  et à penser que nous ne sommes pas légitimes.

7. Vous avez du mal à accepter les compliments


le syndrome de l'imposteur

Lorsque quelqu’un vous complimente, vous avez du mal à l’accepter voire vous refuser le compliment. Vous n’y croyez pas pensant que l’on tente d’être gentil avec vous et que quoi qu’il en soit vous auriez pu faire mieux.

8. Vous êtes devenu perfectionniste


le syndrome de l'imposteur

Selon Forbes les personnes touchées par le syndrome de l’imposteur ont tendance à devenir perfectionniste.

Elles font plus d’heures et vérifient parfois plusieurs fois de suite le travail réalisé. Ce qui peut aboutir au burn out et à l’auto critique.

10. Vous avez tendance à vous dévaloriser


le syndrome de l'imposteur

« J’ai fait n’importe quoi, je n’y ai pas mis assez d’énergie, les personnes vont finir par percevoir mes inaptitudes, je suis nul, je suis vraiment pas à ma place,…. bla bla bla » et le petit vélo se met en route

Alors vous vous êtes reconnu ? Si oui comment sortir de ce syndrome ?

Plusieurs possibilités:

  1. prendre du recul et ralentir le flot de nos pensées (méditation de pleine conscience, sophrologie,…)
  2. reprendre confiance en soi (psychologie positive, affirmations positives,…)
  3. lâcher prise !!

Bref tout cela est lié à notre volonté de déployer des outils en développement personnel et demande une certaine motivation. Vous êtes à la barre donc go !

 

Répondre